Vervins - Originaire des Pays-Bas, il réalise un clip vidéo sur le mouvement des Gilets Jaunes

18 juillet 2019

Présente sur Youtube depuis le 12 juillet 2019, le tournage du clip « La Française » s’est déroulé dans les rues de Vervins, dans l’Aisne. Derrière l’idée, les images et les paroles, Sander Francken, un réalisateur de cinéma originaire d’Amsterdam au Pays-Bas. « J'ai une maison en France depuis environ 5 ans, où je passe beaucoup de temps avec ma femme et où je peux préparer mon travail de réalisateur de cinéma en toute quiétude. En novembre dernier, en route vers mon domicile en France, j'ai été désagréablement surpris par les barrages routiers des Gilets Jaunes », indique-t-il.

Celui-ci sera vexé de voir que les gens qui veulent manifester, dérangent les citoyens. « Mais peu à peu, j'ai compris pourquoi beaucoup d'entre eux veulent exprimer leur mécontentement et pourquoi, au fil des ans, ils ne sont plus capables de joindre les deux bouts. J'ai donc commencé à être de plus en plus compréhensif pour leurs manifestations, également à cause de la pauvreté que je vois autour de moi et qui semble certainement plus grande que dans les pays européens environnants », explique le réalisateur, Sander Francken, même si celui-ci désapprouve les violences et les dégradations émises lors des manifestations des gilets jaunes.

« J'ai commencé à me demander s'il y avait un autre moyen par lequel ils peuvent exprimer leur mécontentement et leur colère impuissante », souligne Sander. « Et c'est comme ça que j'ai eu l'idée de faire une chanson de protestation, une vraie chanson d'accompagnement, et de faire ce clip vidéo. Parce que la France est aussi un pays de culture, alors pourquoi ne pas utiliser la musique, la poésie et le film pour exprimer ces sentiments justifiés ? Un de mes amis, un parolier qui a vécu en France pendant 20 ans, a écrit à ma demande un texte pointu d'un côté, léger de l'autre et humoristique », termine Sander Francken, qui espère que le clip sera transmis par les gilets jaunes.

Photo : capture d'écran de la vidéo 

Propos recueillis par Quentin CORNET